Qu’est-ce que la Polyarthrite Rhumatoïde ?

La Polyarthrite rhumatoïde est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires chroniques. Elle se caractérise par le développement d’une inflammation de la membrane synoviale (membrane qui tapisse l’articulation), appelée synovite rhumatoïde. Cette synovite peut entraîner des destructions articulaires plus ou moins importantes, plus ou moins rapides, la sévérité de l’atteinte articulaire étant très variable d’un patient à l’autre. Des déformations ou destructions articulaires et osseuses peuvent apparaître dans certains cas, source d’un handicap fonctionnel qui peut être majeur.

La PR est aussi une maladie de système, c’est-à-dire une maladie généralisée qui peut atteindre certains organes en plus des articulations comme par exemple les tendons, le cœur, le poumon, les vaisseaux. La PR peut être associée à d’autres maladies notamment au syndrome de Gougerot Sjogren qui se caractérise par une sécheresse de la bouche et de l’œil ; certaines maladies thyroïdiennes notamment l’insuffisance thyroïdienne sont fréquentes au cours de la PR.

La PR est donc une maladie potentiellement invalidante et grave, nécessitant une prise en charge thérapeutique adaptée. Dans la majorité des cas, le diagnostic et le traitement précoces de cette maladie s’avèrent aujourd’hui très efficaces.

Circonstance d’apparition de la Polyarthrite Rhumatoïde

L’origine de la PR est due à un ensemble de facteurs qui ne sont pas toujours retrouvés, facteurs psychologiques, hormonaux, environnementaux, génétiques et immunologiques. Les facteurs psychologiques paraissent importants, le début de la PR faisant parfois suite à un événement de vie traumatisant (deuil, divorce…). Les facteurs génétiques interviennent pour environ 30% des facteurs déclenchants de la maladie et si ce terrain génétique n’est pas responsable de l’apparition de la PR, il peut toutefois influencer sa sévérité.

Incidence socio économique de la Polyarthrite Rhumatoïde

La PR pose un réel problème de santé publique. Comme toutes maladies chroniques, elle a un coût élevé. En effet, à cause des lésions articulaires qu’elle entraîne la PR retentit sur tous les domaines de l’activité quotidienne et notamment sur l’activité professionnelle, entraînant arrêts de travail, changements d’activité ou mises en invalidité. D’autre part, elle peut altérer profondément la qualité de vie du patient et être à l’origine de difficultés familiales.
Cette maladie hétérogène nécessite donc une prise en charge globale (médico-psychologique et sociale) du patient, soutenu par une équipe soignante pluridisciplinaire.